Le Théâtre au Corps

(Association loi 1901)

SIRET 81142205400015

46 rue du Clos des Cavaliers

86000 Poitiers

Sans titre g.png

Particules en Suspension part de notre envie de monter sur un plateau, d’occuper un espace public, pour exprimer ce tiraillement qui nous anime : il est clair que nos modes de vie consuméristes ont des répercussions que nous mesurons probablement à peine sur la planète sur laquelle nous vivons. Mais c’est ainsi que nous vivons.

Au-delà de la conscience écologique, nous voulons interroger la manière dont nous rendons acceptable pour nous-même la catastrophe en cours, et imaginer des moyens de changer ces représentations immobilisantes des choses. Pour ce faire nous allons développer différents axes de travail de manière simultanée.

Questionner nos représentations

 

Pour pouvoir parler de notre rapport à l’écologie et à la consommation, il nous semble primordial de sonder la relation que nous cultivons individuellement avec ces problématiques. Collecter d’autres conceptions de l’écologie, grâce à des entretiens et à des questionnaires diffusés sur internet, mais aussi grâce à des lectures, sera également un moyen d’enrichir et d’informer notre vision des choses.

C’est en déconstruisant nos propres contradictions que notre propos pourra peu à peu s’élaborer : il ne préexiste pas au spectacle, car il est le fruit de son processus de création.

 

Un nouvel héroïsme ?

 

À l’heure où l’écologie a rejoint les lieux communs hollywoodiens, nous sommes abreuvé.e.s de héroïnes et de héros qui en appellent à la protection de la nature, et accomplissent des exploits en ce sens, depuis Pocahontas à Neytiri d’Avatar, en passant par Wall-E, Vaïana, ou par Sylvebarbe et ses Ents dans Le Seigneur des anneaux. S’inspirer de ces figures nous permettra d’interroger la place qu’elles occupent dans notre imaginaire écologique : dans quelle mesure attendons-nous un sauveur ou une sauveuse pour la planète ? Qu’est-ce que ce serait, un héroïsme écologique ? En quoi les actions à notre portée – responsabiliser notre consommation – peuvent-elles nous paraitre dérisoires en comparaison avec ces grands gestes salvateurs ?

 

L’urgence et nous

 

Nos modes de vie nous laissent peu d’espace pour intégrer l’urgence écologique : nous sommes sollicité.e.s en permanence par notre environnement immédiat, et celui-ci ne laisse que peu transparaitre les signes de la dégradation de la planète – nos déchets sont vite invisibilisés, et la douceur des hivers est bienvenue. C’est en expérimentant des corporalités perturbées dans leurs mouvements habituels et soumises à des situations limites mettant en jeu la survie que nous entendons tenter de nous approcher de la perception de cette urgence. Un travail musical sera également amené à émerger de ces recherches corporelles.

 

Particules en suspension est donc un projet pluriel, de par ses champs d’investigation comme de par ses voies d’exploration : il a pour ambition de saisir la complexité de notre rapport à l’action écologique et au consumérisme, à travers la mise en jeu, en corps et en voix de nos imaginaires écologiques.