top of page
  • Photo du rédacteurletheatreaucorps

À Confolens pour Vouloir gagner (toujours)

Dernière mise à jour : 17 juin

Après notre semaine à Brioux, nous avons enchainé sur trois nouvelles journées de travail sur Vouloir gagner, à la très belle Ferme Saint-Michel de Confolens, où nous avons retrouvé Dounia Brousse comme regard extérieur, et accueillir au sein de la création notre éclairagiste Anaïs Pierre, et notre costumière Élodie Gaillard. Cette résidence courte s'inscrivait dans la continuité de la résidence Éclaircie que nous avons menée cet hiver dans la commune voisine de Terres-de-Haute-Charente, et avec l'appui du collège Jean Michaud, qui a fait le lien avec la Ville de Confolens, et nous a permis d'être accueilli·es dans le gite communal.

Ce passage par Confolens nous a permis d'expérimenter différents bout-à-bouts de la pièce dont la fabrique et la maturation continuent leur progression, et de donner un point d'orgue à notre résidence Éclaircie. Les cinq classes participantes au projet ont ainsi pu venir voir un extrait de répétition, poser leurs questions (riches et nombreuses) à l'équipe de création du spectacle, et assister à la projection du film réalisé par les élèves et monté par Céline Jubeau et Camille Olivares du Centre Socio-Culturel de Roumazières.

Au-delà du plaisir de retrouver ces groupes et de partager le travail en cours d'élaboration, ces retrouvailles ont permis à l'équipe de création de découvrir cette partie importante du processus d'écriture du spectacle à venir, et étaient un moment très précieux de partage de notre travail, qui donnait encore plus de sens à toute cette collaboration avec les établissements du REP de Terres-de-Haute-Charente, dont la richesse et l'ampleur ont été inédites pour la compagnie.


Merci beaucoup à Jean-Noël Dupré, Sophie Tarnaud et Véronique Villedary, de la Ville de Confolens, et à Sébastien Gayet de l'AMAC, de nous avoir accueilli·es dans ces lieux.

Cette résidence a eu lieu dans le cadre d'un parcours de résidence OARA, qui l'a rendue possible, ainsi que grâce à l'aide au projet de la DRAC Nouvelle Aquitaine.

20 vues0 commentaire

コメント


bottom of page