Rechercher
  • letheatreaucorps

Épervier(s) traverse en public

Le 10 juin, dans le cadre de la journée professionnelle OARA du Festival Traverse! 2021, le Théâtre au Corps a proposé une maquette publique de sa création 2022, Épervier(s). C'était l'aboutissement officiel du compagnonnage DRAC mené avec la compagnie la Volige depuis plus d'un an.

Suite à la blessure d'une interprète la veille en répétition, ce moment de partage public a résonné bizarrement pour nous.

Cela ne nous a pas empêché·es, malgré l'émotion, de partager des extraits de notre travail en cours avec les spectateur·trices venu·es à notre rencontre. La présentation a été suivie d'un échange avec le public particulièrement fertile : il était très touchant pour nous de voir dans les questions de la salle comment notre proposition scénique, même en chantier, suscitait de l'intérêt, et des questionnements qui cadraient pleinement avec notre démarche.


Après cette troisième semaine de résidence, financée par la Volige, la DRAC, et le Festival Traverse, et accueillie à l'Espace Culturel de Pamproux, nous sommes maintenant à moins d'un an de la création d'Épervier(s).

Suite à l'arrivée dans l'équipe de Sébastien Dalloni en tant qu'interprète, et en attendant les arrivées programmées de Joséphine Tilloy, en collaboratrice chorégraphique, de Rima Benbrahim, en créatrice lumière, et d'Élisabeth Cerqueira, en créatrice costumes, notre équipe de création est complète et a fière allure.

Sept semaines de travail nous attendent pour la saison 2021-2022, avec le Méta – CDN de Poitiers, au Centre de Beaulieu à Poitiers ainsi qu'à la MECA à Bordeaux, avec le Théâtre Paris Villette au Grand Parquet à Paris, et avec le Moulin du Roc dans la salle Avron nouvellement refaite, pour la création en mai 2022. C'est un beau programme, d'autant que de belles perspectives de tournée s'annoncent déjà pour les mois suivants !


À l'heure actuelle, le texte de la pièce est écrit, un endroit de recherche dans le jeu a pu être circonscrit avec les interprètes, et l'écriture chorégraphique propre au spectacle a été initiée. Nous achevons donc cette première saison de résidences éparses sur la pièce bien avancé·es dans notre travail, et avec un horizon très emballant.

Trois ans après le lancement de la création, la joie est donc au rendez-vous : artistiquement comme structurellement, il a fallu de la patience pour accepter de prendre le temps nécessaire à élaborer tout cela, mais les premiers aboutissements en sont particulièrement heureux.

Vivement la suite !!...


19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout