Rechercher
  • letheatreaucorps

Happy Mâle passe et repasse

Dernière mise à jour : 27 févr.

C'est en partie au Pass Culture qu'on doit une flambée inédite de dates pour Happy Mâle sur cette fin de saison. À Mennecy, à Dreux, à Boulogne sur Mer, mais aussi en Lorraine et dans l'Hérault, nous allons jouer le spectacle devant des élèves de collège, de lycée, ou des étudiant·es, et échanger avec elles et eux.

Présente dès les premières étapes de création de la pièce, l'envie de le jouer devant des publics scolaires et universitaires, à l'intérieur même des établissements d'enseignement, n'a commencé à aboutir que l'an dernier, grâce à un partenariat avec le collège André Brouillet à Couhé. Si nous ne savons pas forcément comment nous situer devant cette plateforme gouvernementale qui fait naitre, en ligne, une sorte de supermarché des offres culturelles à destination des enseignant·es, nous pouvons déjà reconnaitre que le Pass culture nous a permis d'entrer en contact avec des personnes qui n'auraient pas entendu parler de notre travail autrement, et a démultiplié nos possibles pour jouer la pièce, ce dont nous sommes particulièrement heureux et heureuses !

Pouvant s'adapter à tous les contextes de représentation, Happy Mâle est une oeuvre qui se prête particulièrement bien, de par sa forme légère et chaleureuse, à l'échange avec les élèves, pour questionner artistiquement les stéréotypes de genre avec lesquels nous nous sommes construit·es.

Dans sa version spécifique en direction des publics scolaires, nous proposons, suite à la représentation, des ateliers avec les groupes qui ont assisté au spectacle, mêlant échange avec les interprètes du spectacle, et pratique artistique autour des processus de création avec le metteur en scène.


Exemple pour une classe :

10h – représentation

11h – gp 1 avec les interprètes / gp 2 avec le metteur en scène

12h - gp 2 avec les interprètes / gp 1 avec le metteur en scène


Cet exemple, complètement modulable en fonction du nombre de classes concernées, des horaires et des espaces propres à l'établissement scolaire, incarne bien notre désir de mettre en place une diversité de configurations de rencontre, qui puissent s'alimenter les unes les autres. L'enjeu est à chaque fois de former les conditions pour que le spectacle puisse donner lieu à des échanges dans lesquels se remettent constamment en jeu et en question les stéréotypes que nous cherchons à interroger dans Happy Mâle.

Avis aux enseignant·es... il reste quelques dates pour cette année scolaire, et nous remettrons ça l'an prochain !


Avec Thomas Couppey, Myriam Jarmache en alternance avec Fatou Malsert, et Eliakim Sénégas-Lajus


46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout