Rechercher
  • letheatreaucorps

Portrait du café l'Avant-Scène / Aubusson

Dernière mise à jour : 27 févr.

Cette semaine, du 21 au 25 février, a été l'occasion d'un nouveau prolongement du compagnonnage initié il y a maintenant deux ans avec la cie la Volige ! Eliakim Sénégas-Lajus a en effet été invité à rejoindre Nicolas Bonneau, Fanny Chériaux, ainsi que Angèle Pied (hors cadre), au Théâtre Jean Lurçat, scène nationale d'Aubusson, pour mieux réaliser une ouverture artistique éphémère du café l'Avant-Scène.

Le lieu, accolé au théâtre, a une histoire mythique pour les Aubussonnais·es et les habitant·es alentour. Ouvert en 1981, il a d'abord été une cafétéria pour les spectateur·trices et pour les touristes du musée de la tapisserie, avant de devenir pendant les années 1990, sous l'impulsion de nouveaux gérants, un café-musique, puis une scène de musique actuelle, en même temps qu'un lieu de vie et de fête central pour beaucoup.

Fermé en 2018 pour des raisons principalement économiques, et par manque de soutien politique, c'est la nouvelle directrice de la Scène nationale, Christine Mallard, qui a inscrit dans son projet pour le théâtre la réouverture du café. Ce Portrait de café commandé à la Volige était une première graine plantée pour la suite, qui permettait d'expérimenter l'ouverture du lieu, de rendre hommage à son histoire, et d'ouvrir d'éventuelles perspectives d'avenir, en recueillant les voeux et les aspirations de ses fidèles et des gens attachés à sa réouverture.


C'était une semaine particulièrement émouvante, dans la mesure où la charge mémorielle et affective du lieu était extrêmement forte pour celles et ceux qui l'avaient fréquenté, et nous avons pu les voir et les entendre confier leurs souvenirs et leurs rêves de l'Avant-Scène. La rencontre s'est déroulée en 4 soirées :

- 1 réouverture festive avec nos définitions/collectages autour des cafés, un set musical de Fanny Chériaux, un rapide point chronologique sur l'histoire du lieu, et un visionnage de diaporama photos et de VHS, avant une explosion dansante orchestrée par Angèle Pied alias Miss Mochi, aux platines

- 1 soirée en collaboration avec le collectif Zélie, qui a fait réfléchir les participant·es, à l'aide de méthodes d'éducation populaire, à leurs envies pour le futur de l'Avant-Scène

- 1 soirée vinyles, où chacun·e était invité·e à ramener un morceau à partager, en racontant ce qui le poussait à le faire

- 1 soirée spectacle, avec le Portrait de café que nous avons proposé, à partir du collectage réalisé par Nicolas Bonneau, en collaboration avec Fanny Chériaux et Eliakim Sénégas-Lajus


Être dépositaires, sur quelques jours, de la légende de l'Avant-Scène était plutôt imposant, voire intimidant, mais surtout très saisissant et mobilisateur. C'est ce type de recherches scéniques, en marge des créations spectaculaires comme des temps de transmission, que nous aspirons à développer au sein du Théâtre au Corps, ce pour quoi le compagnonnage avec la Volige a également été et continue à être déterminant.

L'urgence dans laquelle nous devons formuler nos propositions, les écrire et les jouer, est un endroit d'invention captivant, car il s'agit d'une forme de réponse artistique de notre part, qui entre dans le dialogue noué au fil des rencontres de la semaine : c'est avec nos outils, nos préoccupations, nos subjectivités, que nous pouvons donner forme aux questionnements qui ont émergé. C'est le genre de moments qui fait tellement sens dans notre pratique.


Merci à la Volige de nous y avoir associé·es ! Maintenant, on repart avec la très très forte envie de vite revenir à Aubusson – même pas eu le temps de visiter le musée de la tapisserie...


43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout