top of page
  • Photo du rédacteurletheatreaucorps

Rencontres artistiques et culturelles : du temps pour en discuter

Grâce au soutien de la DRAC Nouvelle Aquitaine, nous avons pu initier cette année l'organisation d'une réflexion de fond sur les temps de rencontres artistiques et culturels que nous concevons ou dans lesquels nous nous impliquons avec la compagnie, de manière assez fondamentale dans notre activité depuis plus de cinq ans. Pour cela, en partenariat avec Myriam Hamet de la Manufacture des liens, nous avons pu réunir une quinzaine de personnes pour un temps d'échanges nourri des expériences et des sensibilités de chacun·e, le samedi 6 avril à la Maison des Étudiants de Poitiers.



Le principal constat auquel a mené cette demie journée de dialogue porte sur la rareté et la préciosité de ces moments où des personnes de différents métiers peuvent dialoguer sur leurs pratiques sans perspective opérationnelle immédiate. Bien sûr, les trois heures et quelques de discussions ont à peine permis de procéder à un tour d'horizon des interrogations que chacun·e avait en réserve, et de semer les graines de réflexions futures. Nous en avons en tout cas retenu l'importance qu'il y avait à ménager ce type de moments à l'intérieur du flot de travail qui nous amène justement souvent à privilégier les réflexions pratiques et aussitôt employables.

En assemblant enseignant·es, administratrices de compagnie, opératrices culturelles, porteuses de projets artistiques qui avait déjà travaillé en milieu scolaire avec la compagnie, ou non, nous avons pu envisager à quel point les questions d'appréhension des attentes des autres personnes engagées dans l'action (artistes, enfants, ados ou personnes concernées, encadrant·es pédagogiques ou intermédiaires associatifs, tutelles et financeurs, etc) parcouraient toutes les positions. Savoir ce que signifie coopérer pour chacun·e ne semble ainsi pas si évident, même quand c'est une envie.


Les rencontres artistiques et culturels sont en tout cas un domaine dans lequel il n'est pas évident de percevoir les marges de manoeuvre que nous pouvons avoir en tant que compagnie, comme nous sommes généralement amené·es à nous inscrire dans des dispositifs existants, et à composer avec ce qui est déjà en place et avec les habitudes des différents partenaires impliqués. De tels moments de discussion donnent assez profondément confiance dans la possibilité que nous avons à notre endroit de jouer notre rôle d'acteur culturel en inventant ou en tout cas en mûrissant des modes de travail qui nous semblent vertueux, à condition de continuer à y dédier du temps.


L'enjeu va maintenant être, à partir des matériaux de réflexion accumulés, d'envisager les traces et les suites à donner à tout cela, alors qu'Anne-Sophie Alland, du Festival Voix et Danse à Bressuire, nous a d'ores et déjà proposé d'en organiser un second temps à l'automne en lien avec leur action. À suivre, donc !


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page