top of page
Rechercher
  • letheatreaucorps

Tactiles

Ce 26 novembre, c'était Tactiles à Beaulieu, une journée de rencontres et de performance autour du sens du toucher, initiée et organisée par la compagnie en collaboration avec le Centre de Beaulieu, et grâce au soutien de la Ville de Poitiers.


Au fil de la journée, nous avons imaginé une multiplicité de propositions artistiques de rencontres, dans et autour de Beaulieu, pour mieux interroger notre rapport au toucher, et à la manière dont nous l’apprenons.

En nous frottant au mobilier urbain, en invitant à des ateliers de massage ou de mouvement à partir des sensations du toucher, en donnant des lectures, en concevant un parcours sensible dans le noir… l’enjeu était pour nous d’ouvrir un espace d’exploration de ce sens malmené pendant la crise sanitaire, et au cœur de nos échanges dans toutes nos médiations autour du spectacle Éperviers.

© Clara Ruestchmann


MATINÉE


Conçue dans l’optique de croiser recherches artistiques et temps de rencontres, la journée a ainsi été inaugurée en fin de matinée par la restitution d’un atelier mené avec des étudiant·es. Celle-ci consistait en différentes tentatives d’approche textuelles et/ou chorégraphiques du toucher, toutes écrites par les performeur·ses.


Conjointement avec la compagnie Ex Nihilo, nous avons alors entrainé le public dans une balade dansée dans Beaulieu, du centre socio-culturel aux Templiers. Dans une relation apparemment très graphique à l’espace public, le travail d’Anne Le Batard et de Jean-Antoine Bigot repose ainsi en grande partie pour les improvisateur·trices sur les sensations éprouvées au contact des matériaux de la ville. Imaginer et traverser ensemble cette déambulation était une occasion assez inouïe à la fois de travailler avec ces artistes, pour mieux comprendre comment elle et lui envisagent ce type de parcours, et de partager cette danse à huit interprètes.


De retour au Centre de Beaulieu, nous avons pu retrouver la plasticienne Anaëlle Rambaud qui finissait une fresque sur les miroirs devant le centre, avant de servir à l’intérieur un repas offert au public.


APRÈS-MIDI


À la suite d’un impromptu signé Suzanne Dubois pendant le repas, sur le plaisir de manger avec les doigts, s’ouvrait alors une nouvelle phase de la journée.


D’un côté, trois ateliers étaient proposés en accès libre :

- peinture avec les doigts, avec la plasticienne Anaëlle Rambaud et avec Clara Ruestchmann, sur les vitrines supérieures de Beaulieu

- mouvement et improvisation dansée à partir des sensations du toucher, pour enfants et accompagnant·es, avec Eliakim Sénégas-Lajus

- protocole de massage guidé, avec Suzanne Dubois et Thaïs Weishaupt


De l’autre, le plateau de la salle de spectacle avait été entièrement transformé en un complexe de salles accueillant, chacune, des installations immersives pour les spectateur·trices, successivement :

- tapis d’éveil pour adultes conçu par l’artiste pictavienne La Lune dans le bocal

- parcours sensible dans le noir fabriqué tout spécialement par Maïlys Besson

- échanges de « recettes-câlins » avec Sébastien Dalloni

- performance Francis imaginée par Pauline Letourneur

- tour de manège dansé proposé par Thaïs Weishaupt

- lectures en invididuel par Maïlys Besson, Dounia Brousse et Sébastien Dalloni

- improvisations dansées en individuel par Eliakim Sénégas-Lajus

- salle d’archives de la compagnie

C’est à l’heure du goûter que nous avons ensuite clôturé cette journée avec une nouvelle collation offerte.


La multiplicité de possibles et l’inventivité qu’amenaient ce format de rencontres et d’impromptus nous renforce dans l’envie de continuer à mettre en place ce genre d’évènements, en dehors des temporalités habituelles du spectacle vivant. L’enjeu pour continuer à développer ce type de rendez-vous se situe plutôt du côté de la possibilité de trouver les financements à même de les rendre possibles, et de la communication à forger pour aider au repérage de cette journée à part. Si nous sommes content·es d'avoir eu un public présent tout au long de l'évènement, la fréquentation aurait en effet pu être beaucoup plus importante.

C'est donc reparti pour de futures réflexions et essais !



TACTILES


Avec les artistes du Théâtre au Corps Maïlys Besson, Dounia Brousse, Sébastien Dalloni, Suzanne Dubois, Pauline Letourneur, Clara Ruestchmann, Eliakim Sénégas-Lajus & Thaïs Weishaupt

Avec les artistes de la cie Ex Nihilo Anne Le Batard & Jean-Antoine Bigot

Avec la plasticienne Anaëlle Rambaud


Avec, pour le Centre de Beaulieu, Céline Bergeron, Grégory Beshara, Lisa Horgues-Debat, Baptiste Lechuga & Thomas Réant


Et avec la participation d’un groupe de L2 arts du spectacle de l’Université de Poitiers, dans le cadre de leur TD « pratique du jeu de l’acteur ».

54 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page